Une alternative aux hébergements d’image gratuits

Que ce soit pour vos clients ou vos propres sites, vous avez sans doute eu besoin à un moment ou à un autre d’héberger vos images sur un serveur (pas le vôtre). Héberger des images sur un autre serveur peut présenter quelques avantages:

-Grandement diminuer la charge serveur lors de l’affichage de vos sites
-Eviter les problèmes de hotlinking (vos images affichées ailleurs, mais physiquement hébergées sur votre serveur)
-En cas de déménagement du site et/ou de changement de nom de domaine, les liens images ne changent pas

Les plates-formes d’hébergement d’images sont nombreuses, en voici quelque-unes parmi les plus importantes avec leur conditions d’hébergement:

-Photobucket: Limite 2Go ou 8Go avec app
-Imgur: En fonctions des vues+limite taille (img/vid)
-Flickr: Permanent (compte yahoo)
-ImageShack: 90 jours, +Limites uploads/jour +Compte
-TinyPic: En fonction des vues+limite/jour
-SmugMug: Illimité mais payant
-Shutterfly: Limité+ Compte obligatoire
-Free Image Uploader: Permanent
-CTRLQ: Passe par embeds, utilise Gmail Mail Merge
-Imgbb: Pour forums, limite 16mo, compte nécéssaire
-Picasa: Une fois gérés sur l’ordinateur les images sont transférées sur le cloud Google

Mais c’est aussi une solution qui présente des inconvénients:

-C’est du provisoire: La plupart des plates-formes d’hébergement d’image ont été créé au départ pour les Forums, et leur durée d’hébergement est assez courte, l’image étant souvent éliminée si pas affichée pendant un certain temps. Cela privilégie la « fraîcheur » des contenus. Même principe avec les applications récentes et réseaux sociaux comme instagram et snapchat.

-Limitations SEO: Les images ne sont plus hébergées sur votre site, ce qui veut dire qu’elles ne cmptent plus pour son référencement, surtout si elles sont rares et apportent une vraie plus-value. Il est connu aussi en SEO qu’une image avec un nom significatif (ex.terme1terme2terme3.jpg) conserve un avantage marginal mais mesuré sur le référencement, et est plus facile à trouver. Le chemin d’accès également sémantique peut compter (ex. http://site.com/terme1/terme2/images/terme1terme2terme3.jpg) peut aider au crawling et à la manière dont Google voit le site.

-La plate-forme peut être en maintenance, indisponible à certains moments, voir changer de nom ou disparaître.

-Il y a presque toujours des limitations globale de taille (quelques Go)

Pour éviter certains de ces inconvénients il existe une alternative peu connue: Héberger ses images sur son compte Google Drive

La solution est séduisante en effet:
-Pas de limite de durée
-Pas de risque de disparition ou indisponibilité, vu la popularité et les ressources de Google
-Une gestion « saine », en interne sans être obligé de taper des captcha de validation antispam, ou de subir des tonnes de publicités, sans compter les lenteurs de scripts tiers.

Malheureusement Google Drive ne propose plus nativement de le faire. On ne peut que partager le lien vers l’image, pas l’intégrer comme image.
Il faut en passer par une application tierce, GDurl direct Permalinks, qui est une sorte de bit.ly permettant d’afficher des liens cryptés pointant vers votre Drive.

L’installation s’installe simplement, et l’utilisation est assez intuitive, quoique mériterai d’avantage de simplicité.

1-Une fois l’application téléchargée et installée sur votre navigateur, connectez l’application avec le compte Google souhaité.

2-Rendez-vous sur le site de l’application (dans vos favoris).

3-Parcourez le Google Drive à la recherche de votre dossier d’images

4-Au survol de l’image, cliquez sur le pictogramme en forme de lien

5-Une boîte de dialogue apparaît pour la création d’un lien public, à valider

6-Cliquer sur le nouveau pictograme « share file » qui apparait à la place (chaînon+user)

7-Confirmer la boite de dialogue

8-Cliquer « create GDurl » pour générer le lien.

9-Vous basculez dans une page d’affichage. Un champ contient le lien à copier (CTRL+c)

10-Collez le lien dans la balise image (si travail en code) ou dans la boîte de dialogue et le champ « URL » en mode Wysiwig sur votre site/blog.

11-Revenu sur la page gdURL il faudra cliquer précédent dans le navigateur pour avoir accès de nouveau à son tableau de gestion des images.

Le site pour se rémunérer en version gratuite affiche des publicités, pas trop gênantes, et un bouton de support Paypal. C’est un système qui fonctionne, mais comme dut plus haut l’ergonomie mériterai plus d’attention pour diminuer la charge de travail sur les gros volumes. Les étapes pour rendre le lien public et le partage mériteraient d’être traités d’un clic, et l’affichage du lien partageable en popup, ce qui éviterai les aller-retour avec le panneau de gestion Google Drive et les boîtes de dialogue intempestives.
C’est particulièrement fastidieux si la connection est lente, et dans certains cas les scripts publicités peuvent causer des conflits (notamment sur IE).

Il est noté également que pour les grandes images, l’embed (intégration) est bloquée par Google à cause de l’impossibilité de les scanner pour possible virus.

Toutefois les avantages de cette solution de long terme semblent convaincants. Avant de l’adopter pour vos projets, il reste à se poser la question technique de l’utilité de gdURL en mettant en balance la Vitesse de chargement du site / popularité des images de son site (SEO).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *