Que vaut la création d’un Google site ?

Un temps suspendu, Google sites, l’un des nombreux services de la galaxie Google (indexé sur Gmail) à fait son retour, à travers une intégration pro avec G suite. Sous abonnement, la suite ajoute à un nom de domaine propre l’espace web, une boite mail et les nombreux services Google dont le couplage automatique avec Google+. En version gratuite, on peut très bien créer un site Google gratuit si hébergé en sous-domaine comme la plupart des plate-formes de blogging.

Test et Impressions
Google offre une interface en drag-and-drop java réactive et très ergonomique, intuitive à la manière d’un concrete5. Techniquement, la composition en « page unique » permet de réviser à tout instant les paramètres généraux (image d’en-tête, logo, slogan, titre…) et les contenus internes.

Pour simplifier l’interface, on ne voit pas de différences entre « pages » et « articles ». Cela simplifie la gestion et ce type de site est d’avantage vu comme une vitrine (Pour publier des posts, utilisez Google+).
Le panneau d’interface comprend quatre actions principales:
-Insérer un texte (fonctions basiques de mise en page, p. ex. on ne peux changer ni le style de police, ni la couleur, ni justifier…). Un séparateur est accessible depuis le panneau, « composant ».
-Insérer une image: Depuis une URL externe (hotlink), ses albums, Google Drive, ou via une recherche.
-Insérer un lien (URL externe)
-Importer (depuis son ordinateur). On suppose des documents et photos.
Plus bas, Google propose d’uploader des contenus depuis Google drive. Il semble toutefois impossible d’ouvrir les dossiers (bug?). A retester donc depuis Chrome.

Intégrations:
Les classiques « Embeds » sont facilités, Google permettant d’intégrer:
-Vidéo Youtube (Via des « imports » (depuis où?) et directement par recherche)
-Agenda (importé depuis le service du même nom)
-Carte (Embed Google maps, avec toutes ses fonctionnalités, mode street, earth, pins, etc).

Insertions:
Tirant parti de la puissance de son cloud et de ses 5GO offerts, Google Sites offre la possibilité d’intégrer des documents type Google Docs, textes, tableaux, sliders, feuille des calcul, et graphiques, dont ceux générés avec la G suite. (Réponse à la fameuse suite Microsoft(R)).


Comme précisé dans les caractéristiques du site, l’espace disponible est de 100mo, mais ne précise pas si cela inclus les « rapatriements » depuis le Drive, ou même le web (hotlink). Aucune limite en revanche pour le nombre de pages. J’ai testé une arborescence à 5 niveaux (4 niveaux de pages filles) sans problème. Reste évidemment dans ce cas l’affichage.

Le système est parfaitement responsive. Tout est dynamique et les contenus se replacent gentiment en colonne sur mobile. Il y a même un effet de profondeur en scroll sur la bannière d’en-tête qui peut changer sur chaque page. La solution trouvée pour l’affichage des sous-menus est assez élégante: Seule la page fille s’affiche, et un icône est sollicité pour afficher la sous-page fille et ainsi de suite, presque sans décalage (qui pose un problème de « sortie » du cadre en général et oblige à scroller en latéral). Le classique hamburger affiche une colonne latérale large et lisible qui permet de déplier le menu.

La construction en drag-and-drop est très intuitive et permet cependant une certaine latitude de mise en page. Les pages sont construites en « sections » chacune pouvant être personnalisée et/ou duplicable. Des « guides » avec un magnétisme réduit sont également présents pour dimensionner les blocs de contenus (texte, image, embeds,..) avec des poignées, ce qui permet éventuellement d’espacer un peu plus les blocs que le standard. A l’ancienne il faudrait batailler avec des padding et spacing tous azimuth et de fréquentes updates du serveur pour afficher le résultat. On apprécie aussi le fait que les images importées ont un « cadre » qui se redimensionne de manière intelligente en agrandisant et « cachant » des portions de l’image pour correspondre au format voulu.

Côté SEO:
Venant de Google on s’attend bien entendu à un sans faute. Pourtant à la vue du code on ne décele ni titre ni description (certes plus prise en compte) et le code se révèle finalement assez lourd (Voir ici) et les textes ne sont même pas accessibles, l’ensemble donnant l’impression d’être encodé en base 64 (Un paradoxe car l’éditeur ne supporte pas les images enocodées en base 64). Pour un test de long terme, il faudrait donc créer un site de test riche en mots-clefs et attendre 3 mois en publiant une nouvelle page de contenus chaque semaine.

Bilan:
Pour un néophyte, créer son site sur Google donnera la satisfaction d’un résultat rapide et facile, particulièrement si Google est utilisé pour tout ou presque. Maintenant on ne le comparera qu’à des plate-formes freemium comparables, car face aux CMS classiques que sont WordPress, Joomla et Drupal, on pense notamment à la foule de plugins utilisables par ces trois plate-formes (Forum, E-commerce, etc). On ne parlera pas non plus du choix très restreint de « templates » et finalement d’une personnalisation réelle assez limitée.

Comparons donc ce qui est comparable. Dans son registre du microsite, Google Site est une excellente façon de débuter sans prise de tête. Mais pour un webmaster (pas de mode code!) ou un utilisateur averti, les limitations de Google sites finiront par apparaitre assez vite, le concept est trop frais et complètement intesté sur le plan du référencement, sans compter la présence en bas de page de la référence publicitaire « fait avec ». Nulle doute également que la nature des données entrées en disent long sur l’utilisateur, alimentant encore les databank commerciales du géant Californien. ;).
Sur le plan collaboratif en revanche, et la construction d’un mini-intranet, Google Sites se révèle finalement bien plus facile à mettre en place grâce à ses nombreuses possibilités d’intégration.

Particulier ou association qui souhaite une présence en ligne facile? Parfait !. Si vous êtes un professionnel desespéré d’avoir un site le jour même, Google site est aussi une solution de facilité. Idem pour mettre en place rapidement un intranet basique. Pour le reste, rien de tel que le sur mesure.

Avez-vous testé Google Sites ? Pensez-vous l’utiliser ?
N’hésitez pas à commenter votre expérience.

Exemple live: https://sites.google.com/s/0B7bURKf82hn-UUdMZUFqdEdQMnc/p/0B7bURKf82hn-VDVyazNJSVkwWG8/edit
Pour aller plus loin:
Comparatif WordPress/Google site (il fallait oser)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *