La révélation du lancement à titre de prototype, des lunettes connectées Echo Frames a surpris la presse, dans la mesure où la marque de Bezos n’avait jamais rien dévoilé auparavant sur le sujet.

Le modèle dispose d’un micro, mais pas de caméra, donc son interactivité est singulièrement réduite, à celle d’un auxiliaire de maison comme Echo Show, le concurrent de Google Home dans la catégorie des « smart speakers ». La Gamme echo s’étend simplement à des lunettes, accessoire portable, plutôt qu’à un device en place fixe. Quel intérêt, alors, d’opter pour ces lunettes plutôt que des écouteurs ou une bague ou une smartwatch interactive ? Les porteurs des lunettes pourront certes choisir des verres à leur vue.
Pour le reste de la population qui ne porte pas de lunettes, Amazon aura peut-être plus de difficultés à convaincre de l’utilité de porter des smart glasses, surtout sans l’interactivité visuelle, un des atouts majeurs à la base du fonctionnement de la réalité augmentée et mixte.

Overdose de lunettes connectées ?
Il semble étrange de lancer un tel produit alors que ce genre de matériel, déjà proposé par d’autres marques, n’a pour l’instant pas fait de percée auprès du grand public. En effet en cette fin d’année 2019, Google, Facebook, Amazon et Apple rivalisent en annonces et effets de communication autour de futurs produits. Google est un vétéran de ce domaine, avec une offre entreprise bien rodée en concurrence directe avec Microsoft Hololens. Vu son prix et le manque de contenu proposé au grand public (créé sur mesure pour des applications pro), le géant de Cupertino est pour l’instant peu disert sur son modèle « grand public » très attendu depuis 2014.

Facebook est derrière Oculus, mais n’a pour l’instant rien lancé, peaufinant un produit en réalité augmentée uniquement visible pour l’instant au travers de quelques dépôts de brevets. Mark Zuckerberg affirme que ses futures lunettes seront stylées, à l’image de son alliance avec Luxottica, le fabricant Italien des Ray-Ban. Que’elles seront probablement mixtes (AR/VR) de manière a basculer en mode réalité virtuelle en full opacité notamment pour accéder a son réseau social en VR. En outre la marque développe son propre assistant vocal. La date limite pour la sortie évoquée est tardive, 2025, mais l’idée est pour la firme aux pouces bleus de faire l’impasse sur un éventuel smartphone et passer directement à l’étape de lunettes connectées qui pourraient le remplacer. RDV dans quatre ans donc.

Quand à Apple, c’est le secret le plus total, comme à l’accoutumée. La stratégie de ce dernier vise à créer un produit qui serait un levier d’adoption universel des services pour Apple. Apple a renforcé sont expertise en rachetant huit start-up spécialisées et investi massivement depuis deux ans.

Donc que vient donc faire Amazon « dans cette galère » ?
Ces premières lunettes intelligentes sont équipées d’Alexa, en relation avec le micro. D’une part la technologie est moins complexe et risquée que de s’attaquer à la vue, et sans doute d’expérimenter sur le terrain commercial sans prendre le risque de long développements, peut-être à l’image de Snapchat et de ses malheureuses SnapGlass, un produit de niche actuellement à sa version 3 sans vraiment rencontrer le succès. Expert en «dark patterns» tout comme ses concurrents, Amazon se dote maintenant d’un premier produit pour mieux cerner ses utilisateurs grâce à la foule de data qui seront collectés.

Ce prolongement d’Alexa, l’assistant virtuel d’Amazon sorti en 2014 et ne permettant au début que 13 fonctionnalités différentes (jouer de la musique, écouter la radio, contrôler la domotique, les objets connectés, faire ses courses, gérer son calendrier, météo et news…) a en quatre ans augmenté les possibilités, proposant de nouvelles intégrations et de nouveaux partenariats. Auxiliaire domotique fixe, il est donc logique que ce portage soit une prochaine étape. En effet, on peut parler vu sa richesse d’un véritable écosystème, un OS qui ne dit pas son nom.

Or, la firme de Seattle a raté son entrée dans les systèmes mobiles. Certes, Alexa est présent dans des enceintes Bluetooth et des systèmes audio maintenant proposées par quelques marques automobiles, mais son Fire Phone a été un échec commercial. De leur côté Google Assistant et Siri se sont implantés sur les smartphones. L’étape suivante est donc une extension de l’écosystème Echo en outdoor par un moyen ou un autre.
Le nouveau produit (Frames) vient donc en complément de deux autres produits connectés, Echo Buds, rival des AirPods d’Apple, et la bague connectée Echo Loop, pour l’instant un prototype.

L’ambition avouée est d’aller encore plus loin dans l’adoption d’Alexa en domotique, vers la mobilité, mais aussi d’instaurer quelques garde-fous par rapport à la vie privée, notamment de déterminer les fois ou Alexa « sors de son silence » et intervient sans sollicitation, de masque la caméra, ou bloquer l’écoute dans certains cas… Amazon a été en tout cas convié à travailler sur un projet de règlementation de l’usage décrié de technologies de reconnaissance faciale, déjà en pointe en Asie. Notons que la firme est juge et partie, commercialisant déjà via AWS son produit Rekognition, notamment aux états et grandes compagnies privées.

En savoir plus & Sources:

[DECODE] Pourquoi les GAFA s’obstinent à lancer des lunettes connectées ?

[DECODE] Amazon va vous écouter de plus en plus


https://www.cnet.com/how-to/amazon-echo-frames-heres-what-you-didnt-know-about-amazons-new-smart-glasses/
https://www.theverge.com/2019/9/25/20883892/amazon-echo-frames-smart-glasses-features-specs-alexa

Publié par dbodesign

Webmaster depuis 20 ans, graphiste et storyteller.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.